Le bon sens suffit-il pour faire des sciences physiques ? Sinon que faut-il de plus ?

Auteur : M. Roland Fustier

Congrès : Paris 2007 - 55èmes Journées Nationales de l'UdPPC - PariS de ScienceS ; activité du 28/10/2007 à 14h00

Lieu : ENCPB

Résumé de l'activité: L’observation, le questionnement, l’émission d’hypothèses, l’expérimentation, la mise en place de modèles...Tout construit <b>la démarche d’investigation</b>. La <i>main à la pâte</i> favorise un contact physique avec les phénomènes et cultive chez les jeunes ce que l’on appelle le bon sens. Elle met en place quelques modèles initiant au principe de causalité dans la perspective de la prévision et de l’action. Des <i>expériences surprenantes, voire contre intuitives</i> permettent d’entretenir une attitude d’étonnement et de montrer la limite des modèles. Cette déstabilisation, qu'il convient d’utiliser avec précaution, aboutit à la mise en place de nouveaux modèles plus efficients, apporte de nouvelles connaissances et permet de mieux comprendre la démarche scientifique. De nombreux exemples abordés dans l’enseignement secondaire et les ateliers de culture scientifique illustreront le propos.

Document : Le bon sens suffit-il pour faire des sciences physiques ? ( doc - 40,5 ko )

Résumé :
Qu'est-ce que le bon sens ? Que disent les philosophes ? Qu'en pensent les didacticiens ? Comment travaillent les physiciens ? Limites de l'observation Plusieurs phénomènes cohabitent Plusieurs concepts interviennent Un concept chasse un autre Expériences contre-intuitives

Document : Le bon sens suffit-il pour faire des sciences physiques ? ( doc - 50,5 ko )

Résumé :
Qu’est-ce que le bon sens ? La physique et le sens commun font cause commune ou sont-ils disjoints ? Le bon sens permet de gagner du temps, d’éviter la dispersion, d’aller plus rapidement au cœur du sujet. En revanche il peut aussi au fil du temps s’imprégner d’idées préconçues, se figer dans un consensus imposé par l’opinion générale et sombrer dans la routine. Pour éviter de tomber dans ce travers, il faut cultiver l’étonnement, ne pas se contenter d’explications superficielles, pousser la réflexion, envisager plusieurs hypothèses, lutter contre la première impression même partagée …Et se donner un peu de temps !

Aucune photographie n'est disponible pour cette activité dans l'album.