Physique et chimie à l'Institut de Recherche Criminelle de la Gendarmerie Nationale (IRCGN)

Auteur : M. Georges Pierrini

Congrès : Paris 2007 - 55èmes Journées Nationales de l'UdPPC - PariS de ScienceS ; activité du 29/10/2007 à 11h00

Lieu : ENCPB

Résumé de l'activité: L'<b>Institut de Recherche Criminelle de la Gendarmerie Nationale</b> emploie plus de deux cent personnels civils et militaires possédant un haut niveau de technicité dans l'exercice de la criminalistique. La criminalistique, discipline trouvant ses origines institutionnelles au début du siècle dernier, a récemment été confirmée au rang de science sous l'appellation devenue courante de <i>sciences forensiques</i>. Ce domaine scientifique utilise notamment des ressources métrologiques et analytiques afin de fournir à la Cour de justice des avis et interprétations ainsi que des expertises sur les résultats d'analyses des éléments matériels prélevés sur les scènes de crime. Parmi les trois divisions de l'IRCGN, la <b>division Criminalistique Physique & Chimie</b> regroupe un condensé de techniques très variées : chromatographie (phase gazeuse et liquide), spectromètres de masse, banc infrarouge, microspectrophotométrie uv-visible, ICP-MS, µ-fluorescence et Diffraction X, Microscopes électroniques à balayage, etc... Au travers d'une activité recherche & développement, l'IRCGN entretient des relations privilégiées avec les universités par des échanges de stagiaires dans de nombreux domaines (RAMAN, IRMS, MALDI-TOF, etc...).

Document : Physique et chimie à l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) ( pdf - 977,3 ko )

Résumé :
Ce document présente les principales méthodes utilisées "au service de la manifestation de la vérité" : optiques, chromato, spectro, analyse etc., en donnant quelques exemples.

Aucune photographie n'est disponible pour cette activité dans l'album.