Des stratégies alternatives de lutte contre les maladies de la vigne

Auteur : Christophe CLEMENT

Congrès : Reims 2010 - 58ème Congrès National des Professeurs de Physique et de Chimie - Reims en efferv&sciences en 2010 ; activité du 25/10/2010 à 16h30

Lieu : Lycée Roosevelt

Résumé de l'activité: A l'heure actuelle la production de raisin de qualité sanitaire satisfaisante nécessite l'utilisation de multiples pesticides chimiques, représentant entre 15 et 20 traitements annuels en Champagne. Il s'agit principalement de lutter contre les maladies fongiques (pourriture grise, mildiou et oïdium). A l'échelle nationale, pour 2à 3 % des surfaces cultivées, la viticulture représente 30à 50 % des produits phytosanitaires utilisés, dont moitié de fongicides. Des alternatives existent mettant en ?uvre de nouvelles stratégies basées sur une meilleure connaissance de la physiologie de la plante et sur une modification de la cible du traitement : il s'agit de l'élicitation et de la lutte biologique. L'élicitation consisteà stimuler préventivement les défenses de la plante en mimant ce qui existe naturellement. La lutte biologique consisteà utiliser des micro-organismes (bactéries, ...) qui, associésà la vigne, lui confèrent un certain niveau de résistance aux maladies. Photo : visualisation d'une bactérie de lutte biologique dans un vaisseau de vigne.

Aucune photographie n'est disponible pour cette activité dans l'album.